Le crédit d’investissement : l’agence de comptabilité à Ixelles vous en parle

Pour financer leurs activités, les entreprises à Bruxelles doivent parfois faire appel au crédit d’investissement. En effet, il se peut que les liquidités existent, mais sont manquantes. Afin de ne pas porter préjudice aux intérêts de la société, cette dernière peut effectuer un prêt pour investir dans en matière aussi bien immobilière que mobilière. Cela lui permet alors d’avoir des apports financiers notamment en ce qui concerne l’immobilier, les voitures de fonction ainsi que les matériels d’exploitation. Mais quelles en sont les modalités?

L’accompagnement face aux investissements

Sous les conseils d’un expert en comptabilité Ixelles, les entreprises font souvent appel aux banques pour financer leur activité. C’est même une des raisons d’être de ces institutions financières. Par exemple, le Fonds bruxellois de garantie facilite l’accès aux prêts bancaires pour les PME bruxelloises en fournissant des garanties complémentaires moyennant intérêts.

Parmi les facettes de cette aide, se trouve le fameux crédit d’investissement. Il s’agit d’un prêt accordé aux entreprises leur permettant de faciliter leurs placements. Ce type d’aide est particulièrement prisé par les PME. En effet,il peut être accordé à partir de 7 500 Euros voire moins dans certains cas. C’est un mode de financement à court ou moyen terme des sociétés. Sa durée est variable en fonction des institutions. Il peut être souscrit pour un an jusqu’à un maximum de 30 ans auprès de certaines banques.Il a pour vocation essentielle de favoriser le placement des capitaux afin d’investir.

Il est utilisé pour se procurer de nouveaux immeubles, ou d’en rénover un. Parfois, elle est demandée pour l’achat de fonds de commerce ou de matériels de transports. Et vous pourrez aussi investir dans les matériels d’exploitation de votre établissement notamment en matière mobilière. Le domaine d’application du crédit est donc multiple tant qu’il s’agit de moyen pour faire fonctionner l’établissement.

Concernant son remboursement, les normes sont librement consenties par les deux parties. En effet, il peut être remboursé aussi bien mensuellement que trimestriellement voire annuellement. Ce peut aussi être à taux fixe ou à taux dégressif. Dans ce dernier cas, plus le temps passe, plus le montant du capital à rembourser avec les intérêts diminue. En tous les cas, il faudra mentionner ces modalités dans le contrat de prêt. Ce mode de remboursement est donc particulièrement prisé des investisseurs, car il permet plus de flexibilité au niveau du paiement.

Les avantages du crédit d’investissement

En choisissant ce type de crédit, les entreprises ont accès à quelques privilèges.D’abord, elles gagnent plus de liquidité pour leurs activités en matière de placement. Cela leur permet de placer une partie de leur finance dans l’immobilier et le mobilier. Certes, en matière de prêt, il existe toujours des intérêts en contrepartie des risques encourus par les banques de ne pas être remboursées. Mais en mettant leur fortune dans le secteur du placement, les institutions financières misent surtout sur le retour sur investissement. Les entreprises devraient pour ce faire engager une agence comptable professionnelle. Cela leur permettra d’être mieux armés sur le plan comptable et donc à ne placer que les sommes nécessaires.

Puis sa durée est aussi un des avantages. Le recouvrement se fait ici entre 1 à 30 ans pour certaines institutions financières. Les parties ont donc le choix pour ce qui est de la durée : que ce soit à court ou plutôt à moyen terme. Tout dépend de leur possibilité et de leur besoin. Et cela est un aspect psychologique important puisque les prêts à moyen terme ne sont accordés qu’en cas de projection positive pour la société. En effet, aucune banque n’accordera de financement d’investissement à une entreprise qu’elle estime mal en point.

Enfin, il existe des assurances pour protéger les établissements contre les aléas de la vie sociétale. Cela permet aux gérants de mieux se lancer sans prise de risque. Et donc, à la fin, aussi bien les banques que les sociétés commerciales sont gagnantes lors de l’opération.

Author: Sarah

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.